podcasts.mplx.ml

La Voix Sans Maître : 2020-10-30

Télécharger l'émission : lvsm-2020-10-30.mp3

Écouter :

Petites choses

Loi Avia

Projet de loi Avia, pour encore plus de censure sur internet. Voir cette interview de Arthur Messaud, juriste à La Quadrature du Net, par Bastamag.

Le cas Indymedia en 2017, où la législation avait contraint plusieurs collectifs à dépublier des articles sous un délai de 24h. Le collectif avait pu obtempérer à temps. La justice a reconnu un an et demi plus tard que la demande était invalide. La loi Avia prévoit de ramener ce délai à 1h, ce qui ouvre grand les portes d’une censure arbitraire et pas raisonnablement contestable.

Les réseaux sociaux appliquent aussi une censure.

D’abord selon leurs propres critères (bonnes moeurs etc.), algorithmique ou avec des travailleurs et travailleuses sous-payées. Voir le documentaire «Les nettoyeurs du web», qui montre la politique de gestion de la modération de Facebook, soumettant les modérateurs et modératrices à une importante violence psychologique, ainsi que la mini-série documentaire «Les Travailleurs du click» qui montre l’Uberisation de ce travail souvent délocalisé.

Mais aussi selon les lois qui régissent la liberté d’expression… qui, faute de passer par un juge, se mue en imposition de la politique éditoriale des politiciens et des agents de police. En censurant les fakes news satiriques du Gorafi, le gouvernement laisse la presse qui est sous son giron prendre les apparences du vrai. Le gouvernement fait ainsi l’aveu sans l’admettre que la presse “officielle” fait mal son boulot, puisqu’elle ne parvient pas à désamorcer les «fakes news», ce qu’un travail journalistique un tant soit peu sérieux ne devrait pourtant pas avoir de mal à faire. Ce travail journalistique risquerait de s’attaquer aussi bien aux fakes news, que d’être un contre-pouvoir face à la propagande gouvernementale.

Les collectifs antifascistes et une partie de la presse d’extrême gauche qui utilise ces réseaux sociaux font aussi les frais de cette censure. Il ne s’agit plus d’une censure juridique, ni même administrative, car elle est appliquée par la plateforme elle-même pour des raisons de coûts (il est plus optimal pour ces plateformes d’anticiper les demandes de retrait que de traiter au cas par cas les sollicitations des autorités). Facebook assume ainsi des fonctions policières.

Des moyens de se protéger contre la censure :

Tor, ou le VPN, permettent d’opacifier nos activités internet des yeux de notre Fournisseur d’Accès Internet. Ce dernier n’est alors plus en capacité d’exercer une censure ciblée, notamment d’empêcher l’accès à un site en particulier.

Notons que ces parades ne fonctionnent que dans les situations où la censure politique est modérée. En effet, il est également possible pour les FAIs de filtrer (c’est à dire bloquer) Tor ainsi que les VPNs, comme c’est le cas en Chine.

Les médias sociaux ne sont pas nos camarades. La politique hostile de ces plateformes est connue depuis le départ. Pourquoi les collectifs politiques s’organisent encore sur ces plateformes ?

40m

Il existe pourtant un principe technique de co-existence entre les différents fournisseurs de services internet, permettant une décentralisation, il s’agit de l’interopérabilité, qui est fondamentale au bon fonctionnement d’internet. Par exemple, l’email permet de communiquer entre plusieurs personnes, même si ces personnes ont des fournisseurs différents. Les logiciels propriétaires entravent volontairement cette interopérabilité afin de créer une captivité de leurs utilisateurices.

Il existe aussi des réseaux alternatifs, comme Mastodon, qui en plus de proposer les mêmes fonctions que Twitter, permet de créer des passerelles vers Twitter.

Censure de l’exposition du Fresnoy

Studio national des arts contemporains.

Paolo Cirio, professeur et activiste, propose une oeuvre constituée d’une série de photos de policiers prises pendant des manifestations. Avec un logiciel de reconnaissance facile, il a pu reconnaître l’identité des policiers. Dénonciation de ce système de surveillance.

Gérald Darmanin, ancien maire de Tourcoing, a fait censurer cette oeuvre, qui ne sera pas exposée. On peut lire à ce sujet l’article relayé sur Indymedia.

Être artiste, dénoncer, et être subventionné par l’État ? Un aperçu de l’exposition sur le site de l’artiste. Il colle les affiches sur les murs par «éxercice démocratique». Question naïve : respectait t-il le droit à l’image ? Un policier peut être photographié et filmé dans l’exercice de ses fonctions. Iels n’ont d’ailleurs pas le droit de nous empêcher de le faire. Darmanin, les syndicats de police, cherchent à changer cela. Voir aussi cet article de La Quadrature du Net au sujet d’un nouveau projet de loi de «sécurité globale» prévoyant cela ainsi que d’autres atrocités.

49m

Plus exactement, Darmanin avait l’intention de porter plainte contre cette expo. Peut-être l’a t-il fait. Il a suffit d’un «twit» de Synergie, syndicat de la police aux orientations d’extrême droite, pour que Le Fresnoy réagisse et pose des plaques en bois par dessus l’exposition de Paolo Cirio. Pas eu de plainte, l’expo a quand même été censurée par le Fresnoy, qui s’en justifie par un message twitter… avant même de prévenir l’auteur de l’exposition.

Statut de la reconnaissance facile ? Déjà autorisée, nous dit LQDN. Pour les prochains JO en France, se soumettre à cette reconnaissance pourrait être une condition de participation aux événements.

La CNIL veille ! … enfin, elle rend des avis qui valide des choses qui sont déjà mises en place. Parfois des avis négatifs, mais pas contraignants, donc ignorés. Sert de caution pour faire du flan pas végane.

Le fichier du TAJ comporte de nombreuses erreurs (TAJ d’huile), et servent de support pour criminaliser et discréditer des personnes dans le cadre d’affaires ultérieures ou d’actualité.

Mots-clés

Playlist