Les Points sur les i Point Barre : 2019-02-25

Télécharger l'émission : davids-2019-02-25.mp3

Écouter :

Lille Capital du Béton

« Quand l’bâtiment va, tout va ! » dit le dicton à la con… Les camirades de DAVIDS ne sont pas de cet avis et ils le disent ce lundi 25/02 à midi dans « les poings sur les i » sur Radio Campus Lille.

Après avoir évoqué les commencements de grèves du vendredi dans les collèges et lycées français, nous partons sur la friche de Saint Sauveur et le belvédère où la mairie de Lille et la MEL veulent construire des bureaux, des logements et une piscine olympique.

Vendredi 23 février, un mur de blocs de béton a été érigé le long du parc du belvédère, ce grand espace arboré situé à l’angle de la rue de Cambrai et du boulevard Paul Painlevé (le métro aérien passe au-dessus, entre les arrêts Porte d’Arras et Grand Palais). Les accès aux chemins ont aussi été murés. La raison ? « Mise en sécurité du site »… ! Cet espace muré a été choisi pour accueillir la piscine olympique, financée par l’argent publique. Ce chantier intervient quelques jours avant le début de la concertation publique, c’est la stratégie du « fait accompli » (mais rien n’est perdu , rappelez-vous « le barrage de Sivens ») Pourtant, Lille est déjà la grande ville de France avec le moins de mètres carrés d’espace vert par habitant. Mais le choix est fait de continuer la « densification urbaine » …

D’autant que qui dit construstion d’immeubles dit encore plus de voitures alors que Lille est déjà championne de France des pics de pollutions aux particules fines !60 en 2018… La pollution de l’air dans la métropole lilloise provoque 1 700 morts prématurées par an, soit 5 morts par jours !

https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/video-particules-fines-lille-heure-mobilisation-citoyenne-1622087.html

Détour par la rue du faubourg de Roubaix où plusieurs chantiers sont en cours, sans qu’on comprenne leurs logiques : ça bétonne une terre propre (ilôt pépinière, ex-dernier bail rural de Lille) pendant que 200m plus haut, ça déverse de la terre et des arbustes sur l’emplacement d’une ancienne station service (square des horticulteurs)… Cherchez l’erreur, mais aussi le point commun : le groupe de BTP Rabot-Dutilleul.

Comme la holding familiale, le métier de conquistador passe de père en fils. Pendant que papa Jean-François organise avec Lille 3000 le grand raout Eldorado, énième coulée de béton culturel sur la métropole lilloise, le fiston François remporte avec lille design le titre de Lille Capitale mondiale du design 2020 avec un projet lui aussi intitulé : Eldorado. L’objet de la conquête ? L’espace urbain à bétonner toujours plus dont chaque centimètre carré recèle de la plus-value en puissance, des corps et esprits à maintenir sous cloches ou casques de réalité virtuelle (dont les expo sont désormais truffées), ce qui revient au même.

Ceci dit, il ne faudrait pas croire que François, son papa et leur petite entreprise font tout ça tout seul ; les partenaires de la reconquista lilloise avides de nouveaux Eldorado sont nombreux (mairie de Lille, Région HdF, Auchan, Fondation Total, Air France,…).

La soif de trésor et de conquête, maquillée de culture, s’affiche désormais en pleine rue en 4×3. Startupers et creativs, financiers et bétonneurs, business men et élus dévoilent leur vrai visage à travers les masques de la fête : celui du conquistador assoiffé d’or.

Le site de Lille 3000 présente le mythe de l’Eldorado ainsi : « Rapidement relayé par les conquistadors espagnols, ce mirage d’une contrée légendaire a alimenté sur près de quatre siècles une course aux trésors et aux voyages effrénée. »… oubliant au passage les deux génocides les plus massifs de l’histoire : celui des Amérindiens, entre 80 et 120 millions de morts, et le génocide esclavagiste, 28 millions de morts !!!

Au XVIè siècle, Hernan Cortès envoie un courrier à l’empereur aztèque Moztezuma : « Dîtes-lui de m’en procurer car mes compagnons et moi souffrons d’une grave maladie du cœur que seul l’or peut guérir » (récit par le secrétaire du conquistador en 1552). Ce n’est plus une simple maladie mais une véritable épidèmie qui nous gangrène !

https://campuslille.com/index.php/entry/lille-capitale-du-beton